Yersin devant sa maison à Nha Trang (à droite en habit d'explorateur à l'âge de 30 ans, à gauche à 70 ans). Photomontage: J.-H. Penseyres

Bienvenue sur ce site dédié à Alexandre Yersin

Alexandre Yersin: de la Suisse au Vietnam (à son époque l’Indochine française) ou en d’autres mots une vie d'exception pour un homme hors du commun.

Qui connaît Alexandre Yersin aujourd’hui ? Ce site web se donne pour mission d’honorer la mémoire de l’homme qui découvrit le bacille de la peste à Hong Kong en juin 1894. Cette brillante découverte, a été accomplie avec de simples moyens, à une époque où la microbiologie était une science en pleine expansion. Mais Yersin en avait acquis de solides connaissances à l’Institut Pasteur de Paris, ainsi qu’à l’Institut d’hygiène de Berlin, dirigé alors par le non moins célèbre Robert Koch.

Presque d’un jour à l’autre Yersin devint célèbre. Même s’il comprit rapidement comment tirer profit de cette nouvelle notoriété, il resta sa vie durant un homme d’une grande simplicité et d’une modestie souvent incomprise, offrant sa vie au bien-être de l’humanité. L’exemple de sa trajectoire exceptionnelle contient invariablement des messages forts, parce qu’il nous démontre qu’une vie pleinement remplie dépasse toujours ce qui a été créé par l’homme.

Yersin n’était ni un ami de la vie publique, ni l’exemple type de l’envahisseur colonial. Pour cela il portait trop d’humanité en lui. Il était un homme si discret que rares furent ceux qui eurent vraiment le bonheur de le connaître. Il se sentait particulièrement à l’aise en compagnie des enfants et des humbles.

Yersin naquit en Suisse romande et il choisit d’étudier la médecine à Lausanne, Marburg a.d.Lahn (Allemagne) et Paris (France). En 1889 il obtint la nationalité française, et après avoir accompli des travaux scientifiques de haut vol à l’Institut Pasteur de Paris il fut soudainement attiré par les pays lointains. Sur recommandation de M. Louis Pasteur il fut engagé comme médecin de bord par la compagnie navale des « Messageries maritimes » ou « MM », et il arriva à Saigon en Indochine française (aujourd’hui le Vietnam) en octobre 1890. Pendant une année il cabota d’abord entre Saigon et Manille (Philippines), puis entre Saigon et Haiphong (au Tonkin à l’époque, au Vietnam du nord aujourd’hui).

Le récit de la vie de Yersin se lit comme un roman d’aventures, de ceux dont Yersin privilégiait la lecture dans ses rares moments de loisirs. Il ne fut pas seulement médecin et homme de science, mais aussi marin, navigateur, aventurier, explorateur, géographe, planteur, éleveur, expert en télégraphie sans fil (T.S.F.), météorologue, astronome, photographe, et tout ce que nous avons oublié de mentionner ! En bref : il était un chercheur sans repos doté d’une curiosité indomptée, béni d’une intelligence extraordinaire, et qui avait offert sa vie à la science et à l’humanité.

Quand la peste sévissait à Hong Kong en 1894 il n’avait pas encore 31 ans, et il n’eut besoin que de quelques semaines pour isoler le bacille de la peste à partir des bubons inguinaux de pestiférés (ganglions lymphatiques grossis, remplis de pus et de bacilles).

Malgré le fait que cette découverte lui ouvrit toutes grandes les portes d’une brillante carrière scientifique, il préféra rester en Indochine française, se retirant à un endroit calme et isolé de la côte d’Annam (aujourd’hui partie centrale du Vietnam) pour continuer son travail sur la peste et sur les autres maladies infectieuses de l’homme et des animaux, et fonder en 1895, à Nha Trang, le deuxième Institut Pasteur d’Indochine (le premier étant celui de Saigon fondé par Albert Calmette en 1892).

Avons-nous réussi à éveiller votre intérêt ? Si oui, rien ne vous empêche d’explorer à votre guise le contenu de ce site web dédié au Dr Alexandre Yersin.

Nous vous souhaitons beaucoup de plaisir et serions heureux de connaître vos impressions !

Nous attirons votre attention sur le fait que ce site web est très régulièrement amélioré et complété. Revenez donc bientôt nous rendre visite.