17 novembre 2015. Arrivée en bateau de croisière dans la baie de Nha Trang. Au fond de la baie: Nha Trang dans son écrin de montagnes.
Photo: J.-H. Penseyres

La pointe des pêcheurs

Yersin a besoin d’un endroit pour produire l’antisérum contre la peste, qui servira à guérir les malades. Aussi, ayant reçu du gouverneur général de Lanessan la mission d’élucider une épizootie qui ravage les troupeaux de buffles et de bœufs en Annam, il décide de se fixer dans sa baie de rêve pour y fonder un petit laboratoire qui deviendra en 1904 l’Institut Pasteur de Nhatrang. Yersin engagera des vétérinaires, et se spécialisera dans le diagnostic et la lutte contre la peste bovine, la pasteurellose des bœufs et des buffles (dite barbone), le surra des chevaux, les piroplasmoses, véritables fléaux dans un pays presque exclusivement agricole. Il formera aussi des aide-vétérinaires annamites, notamment pour les campagnes de vaccination.

L’image que vous voyez est tirée d’une carte postale datant de 1968. C’est alors la  guerre du Vietnam. Vous survolez la baie de Nhatrang et vous apercevez un village de pêcheurs et la maison coloniale de Yersin au premier plan.

La grande maison du Dr Yersin

Cette maison à trois étages entourée d’une véranda avait été aménagée par le Dr Yersin à partir d’un ancien blockhaus. Dans le jardin à la végétation tropicale luxuriante il y avait aussi une volière et la serre des orchidées, fleurs préférées de Yersin. Dans ses lettres de Madagascar et du Tonkin Hubert Lyautey, futur maréchal de France écrit le 3 septembre 1896 : « Nhatrang. Deux attractions valent le voyage : Mme Rousseau, mère du Résident, et le Dr Yersin ». Voici ce qu’il en reste en 1970 lors d’un passage rapide du Prof. Mollaret de l’Institut Pasteur de Paris en pleine guerre du Vietnam.

La maison de la pointe des pêcheurs a été dynamitée après la chute de Saïgon en 1975 et remplacée par un hôtel exploité par le Ministère de la police de la République socialiste du Vietnam.

Reconstitution de l’ambiance de son cabinet de travail et de sa chambre au Musée Yersin à Nha Trang. Photo: J.-H. Penseyres (21 novembre 2014)

Photo: J.-H. Penseyres (6 avril 2010)

La «rocking chair» du Dr Yersin, se trouve au Musée Yersin à Nha Trang (dans l’enceinte de l’Institut Pasteur de Nha Trang)

«… Il élargissait le panorama, lorsqu’il continuait la lecture sous la véranda, en se balançant sur un rocking-chair, son siège de prédilection…». (Noël Bernard: Yersin, Pionnier – Savant – Explorateur, 1863-1943, La Colombe, Paris, 1955, page 169).

 

La volière du Dr Yersin. Source: Institut Pasteur de Nha Trang

Une orchidée photographiée par le Dr Yersin. Source: Archives IPP

Les vestiges de l’ancienne digue que Yersin avait fait construire pour la protection de sa maison contre la furie de la mer restent bien visibles. L’hôtel sur la gauche est construit à l’emplacement exact de la maison de Yersin. Photo: J.-H. Penseyres (29 novembre 2015).

Yersin et ses amis les pêcheurs

Source: IUHMSP Lausanne (photo prise par le Dr Yersin)

Yersin s'était beaucoup attaché au pêcheurs qui étaient ses voisins. Il les soignaient gratuitement, les avertissaient en cas de menace de tempête, les hébergeaient dans sa maison en dur lors de typhons, éduquait certains de leurs enfants contre de menus services et éduquait aussi les adultes en leur montrant les films qu'il avait tourné sur eux, par exemple une bagarre.

Sur la photo on voit des barques rentrant de la pêche. Nha Trang, estuaire de la rivière Song Cai, face à la colline des temples du Po Nagar, voir le gros rocher dans l’eau comme repère.

 

Nha Trang. Bateaux de pêcheurs. Rive droite de l’estuaire du Song Cai, vue direction la mer. Photo: J.-H. Penseyres (11 avril 2007)